Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Reflexions Et Actions D'un Élu De Proximité

  • : André Figoureux, Maire de West-Cappel, Pt de la CCHF, Conseiller Régional.
  • André Figoureux, Maire de West-Cappel, Pt de la CCHF, Conseiller Régional.
  • : Diverses informations relatives à la commune de West-Cappel, à la CCHF (Communauté de Communes des Hauts de Flandre) au Conseil Régional. Ces informations sont publiées sous ma seule responsabilité. Tel : 06.18.55.31.53
  • Contact

Permanences Sans Rendez-Vous

14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 16:22

Voici quelques semaines, lors de l'une de mes permanences à la CCCB, j'ai reçu monsieur Jean-Luc Vanpée, qui souhaitait m'interpeller au nom du Collectif de Parents de l'IME de Coppenaxfort.

 

Ces parents rencontrent d'énormes difficultés de placement, en établissement spécialisé, pour leurs enfants déficients mentaux. Il me proposa de signer une pétition de soutien à leur action, ce que je fis bien volontiers. Pétition destinée à monsieur le Président du Conseil Général.  

 

J'ai proposé cette même pétition à la signature des conseillers communautaires, à l'issue de la séance du mardi 6 novembre. Tous les conseillers communautaires présents la signèrent le soir même, sauf mesdames Sylvie Brachet et Brigitte Douay ainsi que monsieur Bernard Parent, tous trois délégués de Bergues. Par contre monsieur Jean-Michel Vandermersch la signa. 

 

J'ai également également proposé à monsieur Vanpée d'intervenir directement dans l'hémicycle du Conseil Général lors de la l'Assemblée Plénière de ce lundi 14 novembre, dans le cadre des questions d'actualités. Après avoir rédigé mon intervention, je l'ai fait validé par monsieur Vanpée et par le président des Papillons Blancs de Dunkerque.

 

A noter, un article sur ce sujet dans le Journal des Flandres de ce mercredi.

 

 

Ci-dessous, le texte de mon intervention : 

 

 

Monsieur le Président, Chers Collègues,

 

 

Alors que l’actualité bat son plein autour de la réforme des collectivités territoriales, la question des compétences départementales dans le domaine de l’action sociale est plus que jamais ouverte.

 

Le Département est donc amené à jouer un rôle essentiel dans la stratégie de programmation des établissements d’accueil, en concertation avec l’ARS pour la partie médicalisation des foyers d'accueil médicalisés. C’est la raison même de mon intervention.

 

En effet, depuis 2009, tous les territoires ont vu leur nombre de places augmenter, pour atteindre un total de 878, à l’exception du Dunkerquois et de son Avant-Pays. Qu’il s’agisse de places en foyers de vie, de places en accueil de jour, d’accueil temporaire, le Dunkerquois et son Avant-Pays n’ont bénéficié d’aucune création nouvelle.

 

En outre, le schéma départemental 2012-2015 ne prévoit aucune création de places et ne consacre pas la moindre ligne aux appels à projets, alors que ceux-ci constituent désormais la procédure à suivre pour décider des autorisations d’ouverture de places.

 

Sachant qu’il faut compter au moins deux à trois ans entre l’autorisation et l’ouverture effective d’un foyer de vie, on peut avoir la certitude qu’aucune place nouvelle ne sera créée avant 2017 ou 2018 dans le Dunkerquois ou son Avant-Pays – et encore, le scénario décrit ici est le moins pessimiste.

 

Les besoins sont pourtant criants : en 2012, dans les établissements du Dunkerquois, 26 enfants handicapés de 6 à 8 ans attendent une place, parce que 57 adolescents de 13 à 16 ans attendent eux aussi une place dans un IMPro, parce que 42 jeunes adultes de plus de 20 ans sont placés sous le régime de l’amendement CRETON et attendent eux aussi une place dans un établissement de vie ou en MAS. Il s’agit d’un véritable effet « domino ».

 

A cela, il faut ajouter le fait que, d’une part, plus de 100 personnes sont en attente d’une réponse en accueil de jour ou en foyer de vie et que, d’autre part, plus de 100 personnes sont maintenues dans des établissements qui ne répondent pas à leur projet de vie, faute de places adaptées à leur situation.

 

Enfin, pour parachever ce triste tableau, j’ajouterai qu’aucune place d’accueil temporaire n’existe dans le Dunkerquois ou son Avant-Pays pour les personnes déficientes intellectuelles. Leur seul recours étant aujourd’hui le département du Pas-de-Calais ou la Belgique. Quant aux adultes autistes, ils ne peuvent être accueillis nulle part sur le territoire, alors même que le SDOSMS (Schéma Départemental d’Organisation Sociale et Médico-Sociale) avait inscrit en 2008 que l’autisme et les personnes handicapées vieillissantes constituaient deux priorités pour le territoire des Flandres maritimes.

 

Vous aurez bien compris, Monsieur le Président, Chers Collègues, quel est le sens de mon intervention. Elle se veut consensuelle et je tire aujourd’hui la sonnette d’alarme, pour que des mesures soient prises, concrètement,  afin de répondre aux importants besoins qui demeurent sans réponse dans notre territoire. Notre action, conjuguée à celle de l’ARS, doit être déterminante en ce domaine. Les opérateurs, les collectivités territoriales sont prêts, comme dans mon canton, à Hoymille, où les réserves foncières sont disponibles pour créer un nouvel établissement d’accueil.

 

Pour terminer sur une note positive, je tiens à souligner que les conseillers généraux de l’arrondissement de Dunkerque, de gauche comme de droite, réunis mercredi dernier sous l'autorité de Madame Martine Filleul, ont validé à l'unanimité, l'inscription du thème des structures d'accueil pour toutes les personnes vieillissantes dans le projet de notre contrat de territoire.

 

Voici donc ma question, Monsieur le Président, chers collègues : que compte faire le Département pour solutionner ce problème majeur ?  

 

Je vous remercie de votre attention.



 

Partager cet article

Repost 0

commentaires