Bientôt une école bilingue, Français-Néerlandais, sur le territoire de la CCHF ?

Total
0
Shares

Tous les participants à notre première réunion, tenue le 12 mars dernier, tiennent d’emblée à affirmer que notre démarche n’est pas opposée au Flamand Occidental mais complémentaire.

Nous partons de différents constats : le Flamand, du fait de la pyramide des âges voit ses locuteurs diminuer d’année en année, nos voisins et amis Belges connaissent de moins en moins le Français et le Flamand, le taux de chômage dans notre région est le double de celui enregistré en Flandre Belge, les tous jeunes enfants ont de telles capacités d’assimilation qu’ils peuvent devenir bilingue en quelques années.

D’où l’idée de créer une école bilingue Français-Néerlandais.

Cette proposition fut également exposée et discutée en réunion avec les Vp de la CCHF le mardi 20 mars dernier. Régine Cadart, Vp à l’insertion à la CCHF y affirma de nouveau que le Néerlandais devenait nécessaire pour trouver du travail en Belgique ou simplement pour communiquer car nos amis Belges maîtrisent de moins en moins le Français et le Flamand. Marie Lermytte-Vp à la Petite Enfance et à l’Enfance Jeunesse à la CCHF, affirma également une nouvelle fois qu’il n’y avait pas d’opposition à faire entre le Néerlandais et le Flamand Occidental, qu’ils étaient complémentaires mais que ce dernier relevait du culturel. Comme Maryse Leprovost, Vp Culture et Tourisme à la CCHF et tous les Vp présents à notre réunion, je partage totalement ces différentes analyses.

Actions envisagées :

– Création d’une école bilingue Français-Néerlandais pour accueillir de jeunes Belges qui auraient un enseignant Français et de jeunes Français qui auraient un enseignant Belge. L’ouverture souhaitée est envisagée en septembre 2019.

– Lieu : pourquoi pas l’école de Wylder qui ferme ses portes en juin prochain ?

– Peut-être dès cet été, échanges entre jeunes de nos deux régions frontalières.

– Sensibilisation au Néerlandais dans les centres de loisirs qui dépendent de la CCHF.

Le projet n’est qu’à ses balbutiements mais la volonté politique est réelle et partagée de l’autre côté de la frontière. J’ai récemment exposé cette idée lors d’une réunion du projet européen Partons 2.0 à Poperinghe. Le retour immédiat des différentes personnalités politiques comme des administrateurs de Partons 2.0 fut enthousiaste.

En conclusion, je reviens sur la nécessité de ne pas opposer le Flamand Occidental au Néerlandais. J’y veillerai car ils sont complémentaires. Pour preuve, les plaques de rue du nouveau lotissement de West-Cappel seront installées en Flamand dans les toutes prochaines semaines, conformément à la charte signée.

Avec ce projet d’école bilingue, nous travaillons pour l’avenir.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devriez aimer également