PLUI : quand la logique et la cohérence ne semblent pas au rendez-vous pour certains agriculteurs….

Total
4
Shares

Article sous cette photo.

Parmi les principaux organisateurs de la manifestation des agriculteurs de ce mardi 11 février à Quaëdypre, se trouvaient entre autres :

– un agriculteur bien investi dans la réunion de la SAFER à Lille le 22 mai 2019 au cours de laquelle fut examinée la demande de la CCHF qui souhaitait acquérir 7 ha de terres agricoles mises en vente (suite à un décès) et situées à Bierne, pour les réserver aux agriculteurs qui seraient concernés par la future zone de la Croix Rouge C.

Décision de la SAFER : refus, la totalité des terres ayant été attribuée à un éleveur-boucher et non aux agriculteurs concernés par le projet de la Croix Rouge C.

La SAFER est pourtant censée accompagner les collectivités territoriales dans ce style de démarches comme le stipule la convention signée avec la CCHF et comme l’indique le grand panneau qui se trouve dans la salle de réunion de la SAFER.

La CCHF cherche la logique !

Naturellement, la CCHF détient le procès-verbal officiel qui relate cette situation.

– et un autre agriculteur qui condamne l’artificialisation de terres agricoles sur la Croix Rouge C, où le commerce sera d’ailleurs interdit (seulement l’artisanat et l’industrie y seront autorisés), et qui serait propriétaire de terres agricoles concernées par un futur lotissement dans une commune rurale de la CCHF.

Va-t-il s’appliquer à lui-même et à certains membres de sa famille les règles qu’il préconise pour les autres ?

La CCHF cherche la cohérence !

– Par ailleurs, un jeune agriculteur, actuellement très en vue sur les réseaux sociaux et dans la presse, oublie qu’un bail a été signé avec la SAFER par lui-même ou son père, en toute connaissance de cause, pour l’exploitation de terres situées au nord de la zone de la Croix Rouge C dont la CCHF est propriétaire. Il connaissait donc au moment de cette signature, la précarité liée à l’exploitation de ces terres.

Là également, la CCHF cherche la cohérence !

Faut-il aussi préciser que cette même exploitation agricole a pu cultiver gratuitement et, durant des années, près de 11 ha de la Croix Rouge B avant que ne commencent les travaux des fouilles archéologiques ?

Une zone de développement économique, c’est de l’emploi pour nos habitants et des recettes fiscales qui permettent de faire face aux coûts générés par les services à la personne et d’aider les 40 communes grâce aux fonds de concours.

Vous devriez aimer également